L’argent, le blé, le flouze, le pèze …. money … money…money !

L’argent, le blé, le flouze, le pèze …. money … money…money !

euroUne des sources d’abondance parmi les 100 que vous avez notées, c’est le revenu financier que votre travail vous rapporte, l’argent, le fruit de vos capacités. En règle générale, votre rapport à l’argent n’est pas très clair. Soit il vous fait peur, soit il vous motive, soit il vous manque.

Beaucoup ont une mauvaise opinion de l’argent, et ceux qui désirent en avoir plus, n’osent pas l’avouer de peur d’être mal considéré par son entourage proche. L’argent aurait donc une mauvaise réputation. Sans doute … que vous considérez que les gens riches sont malhonnêtes …. que les patrons sont tous des pourris … qui volent leurs salariés et qui s’en mettent plein les fouilles !

Cela serait intéressant de recueillir votre opinion à ce propos. Cela permettrait d’éclaircir votre comportement face à l’argent. Voyons voir un peu !

Vous considérez-vous comme un radin ou un flambeur ? Ou bien, dit plus doucement, comme un économe ou un dépensier ? Êtes-vous quelqu’un qui maîtrise parfaitement ses dépenses et son budget ? ou tout le contraire, c’est-à-dire quelqu’un qui ne veut surtout pas compter, pas savoir ce qui lui file entre les doigts …

Vous connaissez tous des riches qui sont radins et des pauvres qui sont dépensiers … et en général, les personnes surendettées sont pauvres ! Autrement dit, la façon de dépenser son argent n’est pas toujours en adéquation avec ses revenus. Il y a des personnes qui ont des revenus très confortables, qui sont très regardantes par exemple sur la facture de choses insignifiantes alors que certaines personnes modestes auront des goûts de luxe ou achèteront des vêtements de marque qui représentent la valeur de plusieurs mois de salaire.

Qu’est-ce qui pousse à être radin ?

L’argent représente un symbole de pouvoir et de sécurité. Le radin pense que l’argent peut résoudre tous ses problèmes. Sa peur de manquer d’argent le rend « esclave » de ce moyen. Souvenez-vous de la pièce de Molière , « l’avare » !

Qu’est-ce qui pousse à être dépensier ?

Vous connaissez l’expression : « faire chauffer sa carte bleue ! ». Le dépensier compulsif ne veut pas savoir où il en est dans ses comptes. Il y a chez lui un refus de passer à l’âge adulte, un déni de prendre ses responsabilités.

Je ne parle pas là, de la dépense occasionnelle qui dépasse la limite du raisonnable et qui manifeste juste la capacité de se faire plaisir et une preuve de maturité.

L’argent est un moyen et non une fin en soi !

Mais quoi qu’on en pense, l’argent fait partie de nos vies depuis fort longtemps. L’humain a développé un moyen d’échanges dont nous ne pouvons nous passer. Que ce soit sous la forme de produits à échanger contre des services ou que ce soit de la monnaie établie par les états ou les communautés. Celui qui n’a aucun moyen d’échange se trouve démuni, dans un état de manque et, comme nous pouvons le constater souvent, à la charge de la société, en attente d’aides toujours plus nombreuses.

Le consumérisme ambiant fait que la plupart veulent posséder des biens en inadéquation avec leur situation financière. Nombre d’organismes bancaires ou de prêts à la consommation jouent sur ces comportements pour créer des situations désastreuses et destructrices. Le consumérisme est une vraie dictature.

La solution, c’est tout d’abord d’assainir son propre comportement et son rapport vis-à-vis de l’argent. Changer d’état d’esprit est le commencement de sa marche vers l’abondance. En avez-vous conscience ? Le sujet vous intéresse-t-il ?

Il y a des moyens très simples à appliquer pour vous permettre d’être le maître plutôt que l’esclave … 

Dites-moi dans un commentaire si vous connaissez ces moyens :

 

Taggé , , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

3 réponses à L’argent, le blé, le flouze, le pèze …. money … money…money !

  1. Régis dit :

    Se reconnaître et faire confiance à ses propres valeurs et
    le reste suivra

    Un échange directe des capacités et des savoirs-faire en fonction de ses réels besoins est un bon moyen.

  2. Annick dit :

    J’ai été très dépensière…C’est le cas, je pense, de toutes les personnes souffrant d’addictions, que ce soit l’alcool, le tabac, le jeu…Il convient de soigner d’abord l’addiction pour espérer mieux gérer ses finances et accorder à l’argent sa valeur réelle. Nous avons tous besoin de connaître l’abondance mais de manière saine.

  3. MORICE Eliane dit :

    L’argent, toujours l’argent…..  » petite chose indispensable  » pour tout être humain qui veut vivre normalement, à chacun de savoir l’utiliser et le gérer au mieux, mais le sujet reste sans fin !!

Laisser un commentaire pour m'inciter à écrire...